Compte à rebours, le chronomètre est lancé entre espérance et fatalité. Le temps éternel et absent aura raison de sa majesté. Boom, boom… Béranger doit mourir. En 90 minutes. Le timing est serré, il doit se décider mais refuse d’obtempérer. Marie le retient, Marguerite le précipite. Le public tremble. Boom, boom…
Le royaume s’effondre, reflet impitoyable du Roi. Mais comment souhaiter partir après une telle vie ? Nous voyons défiler autant de vies, autant de pièces, Shakespeare, Homère… Béranger était là. Boom, boom… Nous aussi derrière lui, avec lui, à ne pas vouloir que ce spectacle s’arrête ! Roues, feu, fission des atomes : c’était lui. Toujours lui. Béranger est un dieu en son royaume. Boom, boom… Il n’est pas préparé. Dieu devient homme, homme agonisant refusant son destin. Boom, boom… Marguerite Veille, les signes sont formels, la fissure ne ment pas.
Boom, boom… il doit mourir. Le roi se meurt. Les battements de cœur de Béranger s’éteignent, les battements de mains du public s’éveillent. Boom, boom… Notre cœur s’est emballé ! Le roi est mort, et le Théâtre est vivant !

DSC07373REMVoir les photos!